Ça craint ! C’est le bordel ! Analyser les formules expressives dans une perspective contrastive

Francis Grossmann, Anna Krzyżanowska & Lidia Miladi

Télécharger / Download

Abstract

The study reflects a collective work (Polonium project “Pragmatèmes en contraste”) on expressive formulas, which aimed – in a contrastive perspective – at the lexicographic encoding of formulas commonly used in conversation. These formulas combine one or more illocutionary acts with an expressive element. After recalling the methodological approach and the mobilized corpora, two French phrases (c'est le bordel! and ça craint!) will be used to illustrate the differences in treatment required for these two types of structures, which are part of two different paradigmatic series. French was chosen as the pivot language (for the comparison with Polish and Italian) and the analysis was guided by the following principles: 1) categorial equivalence (a formula belonging to a certain category should ideally be matched with a formula from the same category having the same situational acceptability); 2) lexicological equivalence: for a frozen formula, a formula that is also frozen should be provided. The paper only covers the French-Polish comparison.

Keywords: formulas, phraseology, emotions, illocutionary acts, contrastive analysis

_____________________________________________________________________

Résumé

L’étude réalisée est issue d’un travail collectif (projet Polonium « Pragmatèmes en contraste ») portant sur les formules expressives et visant à proposer, dans une perspective contrastive, le codage lexicographique de formules utilisées couramment dans la conversation. Ces formules associent à une dimension expressive une ou plusieurs valeurs illocutoires. Après avoir rappelé les principes méthodologiques adoptés et les corpus mobilisés, on illustrera, à partir des deux expressions françaises (ça craint ! et c’est le bordel !) les différences de traitement que nécessitent ces deux types de structures, qui s’inscrivent dans deux séries paradigmatiques différentes. Le français ayant été choisi comme langue pivot (pour la comparaison avec le polonais et l’italien), deux principes ont guidé l’analyse : un principe d’équivalence catégorielle (à une formule relevant d’une certaine catégorie devrait dans l’idéal, correspondre une formule de la même catégorie, ayant en outre la même acceptabilité situationnelle) ; un principe d’équivalence lexicologique : il s’agit de fournir, pour une formule figée, une formule également figée. Nous nous limiterons ici au contraste français-polonais

Mots-clefs : formules, phraséologie, émotions, valeurs illocutoires, analyse contrastive