Emploi du marqueur ok par des apprenants coréens en classe de langue

Shin-Tae Kang

Télécharger / Download

Abstract

This article proposes a semantic-pragmatic analysis of the ok discursive marker used by Korean learners in their verbal exchanges during a pedagogical activity in a French as a Foreign Language course at the University of South Korea. We have retained from the various current scientific studies two functions of this polyvalent discursive marker: the illocutionary function as an agreement marker, and the regulatory function as an interaction marker. But, like many discursive markers, ok is polysemous because it sometimes offers nuances beyond simple agreement or interaction management. This is why we have introduced the concepts of “emotion marker” and “proposal marker”. The emotion marker contains an implicit meaning that allows subjective feelings such as empathy, encouragement or fear to be expressed. The proposal marker contains an illocutionary force that pushes the interactors to act. Since the interactions studied mainly involve Korean learners, we hypothesize that these two functions have their origin in part in the Korean language. The Chemyeon, which is the Korean Face (in Goffman's sense), is the main engine of the emotion marker. And the syntactic structure of Korean, with the conclusive ending of proposal, finds its declination in the proposal marker.

Keywords: language class, discursive marker, pedagogical interaction, Korean learner, speech act

_________________________________________________________________________

Résumé

Cet article se propose d’établir une analyse sémantico-pragmatique du marqueur discursif ok employé par les apprenants coréens dans leurs échanges verbaux lors d’une activité pédagogique dans un cours de FLE à l’université en Corée du Sud. Nous avons retenu des différentes études scientifiques actuelles deux fonctionnements de ce marqueur discursif polyvalent : la fonction illocutoire comme marqueur d’accord et la fonction régulatrice comme marqueur d’interaction. Mais, comme de nombreux marqueurs discursifs, ok est polysémique car il offre parfois des nuances au-delà du simple accord ou de la gestion de l’interaction. C’est pourquoi nous avons introduit les notions de « marqueur d’émotion » et « marqueur de proposition ». Le marqueur d’émotion contient un sens implicite qui permet d’exprimer des sentiments subjectifs comme l’empathie, l’encouragement ou au contraire la peur. Le marqueur de proposition contient une force illocutoire qui pousse les interactants à agir. Les interactions étudiées mettant essentiellement en scène des apprenants coréens, nous émettons l’hypothèse que ces deux fonctions trouvent en partie leur origine dans la langue coréenne. Le Chemyeon, qui est la Face coréenne (au sens de Goffman), est le principal moteur du marqueur d’émotion. Et la structure syntaxique du coréen, avec la terminaison conclusive de proposition, trouve sa déclinaison dans le marqueur de proposition.

Mots-clefs : classe de langue, marqueur discursif, interaction pédagogique, apprenant coréen, acte de langage