Espérer et souhaiter : le subjonctif, la ronde des modalités et l’euphorie

Philippe Rothstein
Classé dans : Numéro 22 — 2015

Télécharger / Download

Résumé : Le  titre  de  cet  article  dit  bien  qu’entre espérer  et souhaiter  il s’agit d’une « ronde des modalités », d’une interférence de moda-lités les unes avec les autres, mais aussi d’une ronde, qui convoquera la notion de “repérage circulaire”, un repérage modal où le terme repère et le terme repéré ont tendance, comme le serpent, à se mor-dre la queue. Il dit aussi que les jugements de valeur, l’euphorique et le dysphorique en l’occurrence, peuvent également interférer, plai-sir et déplaisir, bien-être et mal-être, et être ainsi des empêcheurs de tourner en rond ; il dit surtout que le révélateur de cette profusion de phénomènes interférentiels sera le choix du mode dans les complétives d’espérer et souhaiter et que ce choix, quand bien même contraint,  va  bien  au-delà  de  l’opposition actuel  versus non  ac-tuel, telle qu’elle est supposée, à tort selon nous, être le recteur de l’emploi des modes indicatif et subjonctif. Comme élément décisif du choix du mode, un critère central d’orientation du schéma inter-locutif en faveur de l’allocutaire sera proposé.


Title : Espérer and souhaiter.Subjunctive mode in French, whirlwind of modals and the axiological category of euphoria  

Abstract : The title of the paper hints at the interference of modals, which turns out to be a true whirlwind, when the issue of French verbs espérer  and souhaiter is  dealt  with  in  depth.  The  French  title  of this  article  speaks  of  a  round  dance  (“une  ronde”) of  modalities because  we  claim  that,  in  the  case  of  these  two  verbs,  there  is  a twofold modal reference point, where the modal starting and ending points are bound to merge into one single point. It also points at a possible interference between such axiological values as euphoric and  dysphoric  judgements. Pleasure  and displeasure,  satisfaction and dissatisfaction or well-being and ill-being can indeed prove to hamper this too easy (modal) going around in circles. But first and foremost, the title asserts that this profusion of interference-prone phenomena will be put into full light by the choice of the subjunc-tive or indicative mood in the complement clause ofespérer and souhaiter. I contend that this choice of mood goes far beyond what is usually deemed to be its one and only governing factor, namely the truth value of the complement clause. I shall posit what I con-sider to be a new decisive criterion, viz. the orientation of the inter-locutionary pattern in favour of the addressee.