Les emplois illocutoires de pouvoir

Carl Vetters & Cécile Barbet
Classé dans : Numéro 22 — 2015

Télécharger / Download

Résumé : L’article propose d’étudier les effets de sens illocutoires du verbe modal pouvoir. La tradition distingue entre emplois “radicaux” re-levant de la modalité du faire et emplois relevant de la modalité de l’être, que H. Kronning subdivise en emplois aléthiques et épisté-miques. Depuis les années 1980, on a observé que certains effets de sens de pouvoir – mais également de devoir – échappent à cette catégorisation. Van der Auwera & Plungian (1998) ont qualifié ces emplois comme « postmodaux » dans la mesure où 1) ils ne se lais-sent pas décrire de façon satisfaisante en termes de nécessité et de possibilité et 2) en diachronie, ils sont créés à partir des emplois mo-daux radicaux, épistémiques ou aléthiques. Ces effets, observés dans beaucoup de langues, sont pour la plupart de nature illocutoire. En linguistique française, ces emplois sont relativement peu étudiés. Cet article propose un inventaire non exhaustif des emplois illocu-toires du verbe pouvoir et tentera d’expliquer ces valeurs à partir de sa valeur modale littérale. On distinguera trois grandes catégories d’emplois illocutoires de pouvoir selon que le verbe : 1) s’intègre dans une injonction ou requête par acte de langage indirect ou 2) con-tribue  à  une  modulation  de  la  force  illocutoire  de l’énoncé,  sans changement de type énonciatif, ou 3) permet d’exprimer un acte de langage ordinaire tel que le reproche ou la menace, pour lequel il n’existe pas de forme syntaxique spécifique.


Title : Illocutionary uses of pouvoir  

Abstract : In this paper, we study the illocutionary uses of the French modal verbpouvoir (“can” / “may”).Traditionally, linguists only distin-guish root and epistemic uses of modal verbs. More recently, it has been observed that some uses of pouvoir anddevoir (“must”) do not belong to any of the root or epistemic category. Van der Auwera & Plungian (1998) described such uses as “post-modal” because: a) in contrast to the other uses of modal verbs, they can hardly be described in terms of possibility or necessity; b) in diachrony, they appear later than the others and seem to derive from them. These “post-modal” uses, which have been observed in many languages, are mostly of an illocutionary nature. In the literature on French, the post-modal uses of the modal verbs have remained relatively overlooked. This paper proposes a non-exhaustive inventory of the post-modal uses of pouvoir and tries to explain their meanings on the  basis  of  the  literal  meaning  of pouvoir. We  distinguish  three different  categories  of  illocutionary  uses  depending  on  whether: a) the modal is in an indirect speech act of request; b) the modal modulates the illocutionary force of the sentence without any change of sentence type (from assertion to interrogation as in a) for exam-ple); c) the modal is used to perform an ordinary speech act for which there is no specific syntactic form, such as threatening or reproaching.