Les marqueurs illocutionnaires holophrastiques du désaccord

Olga Galatanu

Télécharger / Download

Les marqueurs illocutionnaires holophrastiques du désaccord : sémantisme et polyphonie fonctionnelle d’une classe de phraséologismes pragmatiques

Abstract

Our focus is on a subclass of discourse markers that we have called “holophrasis” (Galatanu, 1984, 1992, 1997, 2016). We define “holophrasis” from linguistic (syntactic and semantic) and pragmatic criteria (types of language acts, stereotypical contexts, propositional content classes), as prefabricated expressions from a cognitive but also contextual point of view, which:

– mark the illocutionary force of an act of speech and the link between that force and a class of contexts in which the act is performed;

– incorporate a class of propositional content appropriate to these contexts;

– imply the propositional content of the occurrence of the act in situation.

From the theoretical perspective of semantics of the argumentative possibilities (Galatanu, 2018), particularly, its extension by a unified semantic approach of Illocutionary forces and their linguistic realizers, we hypothesize that these expressions coming from a pragmaticalization process (Dostie, 2004), have a complex semantics, enriched by the modal complexity of the illocutionary act they perform and by the complexity of the class of discursive contexts to which they refer. This semantics underlies their pragmatic polyfunctionality.

We illustrate our theoretical proposition with three holophrasis among those identified as expression of disagreement – ben voyons; allons, allons and et alors/après – and propose a conceptual model (Meunier, 2009) of the illocutionary acts concerned by these expressions.

Keywords: semantics of verbal (inter)action, illocutionary discourse markers, holophrasis, semantic complexity, pragmatic poly-functionality.

________________________________________________________________________________________________________

Résumé

Notre propos porte sur une sous-classe de marqueurs discursifs que nous avons appelés « holophrases » (Galatanu, 1984, 1992, 1997, 2016). Nous définissons les holophrases à partir de critères linguistiques (syntaxiques et sémantiques) et pragmatiques (types d’actes de langage, contextes stéréotypiques, classes de contenus propositionnels), comme des expressions préfabriquées d’un point de vue cognitif, mais également contextuel, qui :

– marquent la force illocutionnaire d’un acte de parole et le lien entre cette force et une classe de contextes dans lesquels peut émerger l’acte ;

– incorporent une classe de contenus propositionnels adéquats à ces contextes ;

– implicitent le contenu propositionnel de l’occurrence de l’acte en situation.

Dans la perspective théorique de la sémantique des possibles argumentatifs (Galatanu, 2018), notamment de son prolongement par une approche sémantique unifiée des forces illocutionnaires et de leurs réalisateurs linguistiques, nous avançons l’hypothèse que ces expressions issues d’un processus de pragmaticalisation (Dostie, 2004), ont un sémantisme complexe, enrichi par la complexité modale de l’acte illocutionnaire qu’elles réalisent et par la complexité du contexte discursif auquel elles renvoient. Ce sémantisme fonde leur polyfonctionnalité pragmatique.

Nous illustrons notre proposition théorique par trois holophrases parmi celles identifiées comme expressions du désaccord – ben voyons ; allons, allons et et alors/après –et proposons une modélisation conceptuelle (Meunier, 2009) des actes illocutionnaires concernés par ces expressions.

Mots-clefs : sémantique de l’(inter)action verbale, marqueur discursif illocutionnaire, holophrase, complexité sémantique, polyfonctionnalité pragmatique