Quality, quantity and beyond: The semantic development of favorable attributes

Hagit Shefer & Hava Bat-Zeev Shyldkrot

Télécharger / Download

Résumé :
Plusieurs adjectifs français et hébreux dénotant des qualités positives en même temps qu’une graduation élevée par exemple (bon, beau, honorable, digne) salaire ‘et leurs équivalents en hébreu. Pourtant, seul bon en français et tov en hébreu ont développé de nouvelles significations et fonctions. Le premier est un intensifieur comme le montre la séquence une bonne demi-heure qui ne fait nullement référence à une qualité ou à une mesure. L’adjectif décrit clairement l’appréciation subjective du locuteur d’un temps significatif dépassant le cadre indiqué. Bon et tov prennent plus tard le sens d’un marqueur de discours, comme dans Bon, allons-y à pied ou Bo’u nelex lesham kodem. Tov (‘Allons-y d’abord. Ok’), où ils marquent l’approbation ou l’acceptation. D’autres fonctions de discours attribuées à bon et à tov indiquent le début et la fin d’un sujet et le passage d’un épisode à un autre. Sur la base d’analyses de corpus, l’article vise à démontrer que la polysémie que l’on observe actuellement dans ces deux adjectifs est le résultat de tendances de (inter)subjectivation (Traugott 2010, Narrog 2017), qui ont motivé les fonctions d’intensification et de marquage du discours. L’article présente les diverses étapes de constructionalization suivies par ces adjectifs et
décrit leur développement, notamment l’émergence de la fonction d’intensification.

Mots-clés : adjectif, qualitatif, intensifieur, grammaticalisation, lexicalisation, grammaire de constructions.

____________________________________________________________________________________

Abstract:
Several French and Hebrew adjectives denote favorable qualities as well as upscaling quantification for example (bon ‘good’, beau ‘beautiful’, honorable ‘honorable’, digne ‘worthy’, ‘respectable’) salaire ‘salary’ and their Hebrew counterparts. Yet, only French bon and its Hebrew counterpart tov continued to develop further meanings and functions. The first is an intensifier, as in une bonne demi-heure ‘a good half an hour’, which does not refer to an actual quality or size. Rather, it clearly describes a subjective speaker’s assessment of a significant amount of time extending beyond the frame indicated. A later meaning which both bon and tov developed is that of a discourse marker, as
in Bon, allons-y à pied ‘well, let’s go on foot’, or Bo’u nelex lesham kodem. Tov ‘Let’s go there first. Ok’, where they denote approval or acceptance. Other discourse functions attributed to bon and tov mark the beginning and the end of a topic and shifts between episodes. Based on corpora, the article aims to demonstrate that the present-day polysemy observed in the two adjectives is a result of tendencies of (inter)subjectification (Traugott 2010, Narrog 2017), which motivated the functions of intensification and discourse marking and will describe the type of constructionalization underlining the various stages of development of the adjectives and in particular the emergence of the intensifier.

Key words: adjective, quality, intensifier, grammaticalization, lexicalization, construction grammar.